quinta-feira, 9 de outubro de 2008

A minha primeira homenagem de hoje ...

... vai para uma das vozes que, na minha opinião, melhor representaram os doces sons franceses daqueles tempos, em que a música não punha à prova a resistência dos nossos ouvidos que começavam a despertar para os sentidos - Jacques Brel.
Não um ano, não dois, não dez, nem vinte, mas já há trinta anos que só o ouvimos pela memória que nos deixou.





LA VALSE À MILLE TEMPS
paroles et musique: Jacques Brel

Au premier temps de la valse
Toute seule tu souris déjà
Au premier temps de la valse
Je suis seul mais je t'aperçois
Et Paris qui bat la mesure
Paris qui mesure notre émoi
Et Paris qui bat la mesure
Me murmure, murmure tout bas:

REFRAIN:
Une valse à trois temps
Qui s'offre encore le temps
Qui s'offre encore le temps
De s'offrir des détours
Du côté de l'amour
Comme c'est charmant
Une valse à quatre temps
C'est beaucoup moins dansant
C'est beaucoup moins dansant
Mais tout aussi charmant
Qu'une valse à trois temps
Une valse à quatre temps
Une valse à vingt ans
C'est beaucoup plus troublant
C'est beaucoup plus troublant
Mais beaucoup plus charmant
Qu'une valse à trois temps
Une valse à vingt ans
Une valse à cent temps
Une valse à cent temps
Une valse ça s'entend
À chaque carrefour
Dans Paris que l'amour
Rafraîchit au printemps
Une valse à mille temps
Une valse à mille temps
Une valse a mis le temps
De patienter vingt ans
Pour que tu aies vingt ans
Et pour que j'aie vingt ans
Une valse à mille temps
Une valse à mille temps
Une valse à mille temps
Offre seule aux amants
Trois cent trente-trois fois le temps
De bâtir un roman

Au deuxième temps de la valse
On est deux tu es dans mes bras
Au deuxième temps de la valse
Nous comptons tous les deux «une, deux, trois»
Et Paris qui bat la mesure
Paris qui mesure notre émoi
Et Paris qui bat la mesure
Nous fredonne, fredonne déjà:

REFRAIN

Au troisième temps de la valse
Nous valsons enfin tous les trois
Au troisième temps de la valse
Il y a toi, y a l'amour et y a moi
Et Paris qui bat la mesure
Paris qui mesure notre émoi
Et Paris qui bat la mesure
Laisse enfin éclater sa joie:

REFRAIN

2 comentários:

Anónimo disse...

Obrigada pelo belo momento que nos proporcionaste.
É bom recordar estes valores que a canção francesa teve e que povoam a nossa memória de boas recordações.
Venham mais!
FMA

xistosa - (josé torres) disse...

Tenho umas músicas do "rádio blog", portadas nos blogs, já postei todas as dos meus ídolos, que foram dois, Édith Piaf e Jacques Brell.

Não me canso de os ouvir.